Marie-Stéphanie Servos journaliste pour ELLE, fonde le podcast Femmes d’Art

XI - SERVOS MARIE-STEPHANIE
Marie-Stephanie Servos – Presse

Marie-Stéphanie Servos est journaliste pour le magazine ELLE et fondatrice du média et du podcast Femmes d’art. Deux plateformes qui lui permettent de communiquer sur des sujets qui lui tiennent à coeur : la place des femmes dans la société et dans le monde de l’art.

Après des études de droit, ponctuées d’histoire de l’art et clôturées par un master de journalisme, elle travaille pour la radio (France Inter, France Info) et plusieurs journaux en ligne (Cheek Magazine, Vice) et enfin la presse financière avant de rejoindre le magazine ELLE et de fonder son podcast. Rencontre avec une jeune femme passionnée par ses multiples projets.  

Qu’est-ce qui vous a attirée vers le journalisme ?

Pour être tout à fait honnête, je pourrais dresser une liste de ce qui m’a attirée vers le journalisme, mais il me semble qu’en premier lieu, c’est ma curiosité. Je suis arrivée au journalisme parce que je suis curieuse d’à peu près tout, j’ai tout le temps envie d’en savoir plus, d’apprendre, de rencontrer de nouvelles personnes, de découvrir de nouveaux univers, car c’est en partie ce dont il s’agit dans ce métier, être curieux, apprendre, et recommencer ! 

Vous écrivez pour ELLE. Pouvez-vous nous parler de ce que représente le magazine pour vous ?

J’ai toujours été fascinée par ce magazine, depuis que je suis jeune. Pour moi, c’est un peu un “monument” de la presse féminine, qui a nourri et continue de nourrir toute une génération de femmes. Je crois que la devise de sa fondatrice, Hélène Lazareff, résume parfaitement ce qu’est le ELLE : “Du sérieux dans la frivolité, de l’ironie dans le grave”. Car dans ce magazine, on trouve de tout, mais avec un ton, parfois sérieux, grave, parfois frivole en effet, mais chaque sujet est toujours traité avec énormément de rigueur. Au fond, on peut le feuilleter aussi bien quand on veut s’instruire, que se cultiver, ou simplement se changer les idées et se divertir.

Screen Shot 2020-05-19 at 1.58.56 PMVous êtes en particulier sur la rubrique ELLE active. Comment se passe la sélection des sujets et quel est l’objectif de la rubrique ? 

La rubrique ELLE Active s’intéresse à la place des femmes dans le monde économique. Nous traitons donc de sujets très divers, de l’argent, à la quête de sens professionnelle en passant par l’engagement et l’écologie. Cette rubrique est aussi liée aux événements que nous organisons à Paris et dans toute la France sur des thématiques là encore, très diverses. L’objectif est, sur le modèle du magazine, de pouvoir accompagner les femmes dans toutes les facettes de leurs vies, notamment professionnelle, sans toutefois le faire de façon trop “old school”.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre profession ?

Je ne suis pas une routinière, et j’aime beaucoup la nouveauté. Être journaliste consiste à se questionner sans cesse sur des sujets très variés, en fait, on passe nos journées à apprendre, à lire, à questionner des experts pour répondre au mieux aux questions que des lecteurs / lectrices pourraient se poser. C’est passionnant. Je crois que ce qui me plaît le plus, c’est ça, le fait de ne jamais cesser d’apprendre, de rencontrer de nouvelles personnes passionnantes, dans un but utile qui est celui d’informer. 

Quelles sont les femmes journalistes qui vous inspirent particulièrement ?

C’est difficile à dire, car il y a aussi de nombreux journalistes hommes ! Je citerai d’abord Léa Salamé, je l’écoute chaque matin depuis des années et elle m’impressionne toujours. J’ai particulièrement aimé ses entretiens dans “Femmes puissantes” l’été dernier, que je vous recommande de (ré)écouter. Je dois aussi citer Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin du Monde, qui sont à mes yeux des journalistes de grand talent (et le mot est faible). Pour leurs enquêtes, toujours extrêmement documentées et fouillées et leurs plûmes. Enfin Anne-Élisabeth Lemoine (C à Vous) pour son aura solaire et sa façon de mener ses interviews, à la manière d’un chef d’orchestre et toujours avec le sourire. 

Screen Shot 2020-05-19 at 2.00.45 PMQuel a été le déclic pour la création de Femmes d’Art ?

Je ne sais pas s’il y a eu un “déclic” à proprement parler. C’est surtout le fruit d’un long cheminement. Je mûrissais le projet depuis un bon bout de temps, et puis, de fil en aiguille, à force de discussions avec des amies artistes, d’interviews et de rencontres, j’ai pensé que c’était le bon moment. Mais si je devais préciser un moment où tout s’est vraiment concrétisé, ce serait le mois de juillet 2019. Comme tout le monde je pense, je m’étais déjà questionnée sur la raison de la présence de nombreuses femmes dénudées sur les tableaux des musées tandis qu’elles étaient très peu à apparaître en signature. J’ai commencé à me documenter, et à comprendre qu’il y avait un vrai problème, qui était explicable, historique, mais je trouvais ça ahurissant. En juillet, j’ai eu l’occasion d’échanger avec Camille Morineau, la fondatrice de AWARE, dans le cadre d’un article pour le ELLE, et à mesure qu’elle répondait à mes questions, tout s’est éclairé. Ça a été un vrai choc. J’ai compris que l’histoire de l’art avait d’énormes lacunes, mais je constatais aussi qu’aujourd’hui, la situation pour les artistes femmes n’était pas complètement à leur avantage. Tout en constatant également que j’étais entourée de femmes formidables et talentueuses, et que je pouvais, par la voix, et les réseaux sociaux, les mettre en avant. C’est un peu comme ça que le projet est né.

Screen Shot 2020-05-19 at 2.08.50 PM
Marine Tanguy invitée du club Femmes d’art

Le lancement de Femmes d’Art est récent. Pouvez-vous nous parler de vos projets la concernant ?

Je vais tâcher de continuer sur ma lancée, à savoir, d’interviewer des femmes passionnantes sur leurs parcours et leur rapport à l’art. J’ai lancé, le 10 mars dernier, Le Club Femmes d’art, un rendez-vous à vocation d’être mensuel et à rassembler des femmes issues du monde de l’art, mais aussi des curieuses et des passionnées. Le tout, autour d’une interview en live et d’autres animations. J’ai également lancé une newsletter mensuelle qui est envoyée chaque premier dimanche du mois. Et puis, j’ai dans les cartons de nombreux autres projets dont il est compliqué de parler maintenant (et surtout dans cette drôle de période) mais si vous voulez en être informé, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter ! En m’envoyant simplement un mail à femmesdart@gmail.com. Je reste d’ailleurs ouverte à toutes les suggestions si vous connaissez autour de vous, des femmes passionnantes et talentueuses. 🙂

Femmes d’art

podcasts.apple.com/fr/podcast/femmes-dart

instagram.com/femmesdart_

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s